L'émetteur de La Doua : le grand bond des transmissions

Le 02/07/14

Dans une armée en guerre, transmettre les ordres et les informations est d’une importance vitale. Les batailles se perdent ou se gagnent grâce aux moyens de communication.

Station de la Doua relais radiotélégraphique et radiotéléphonique, appareil électrique

 

Propulsant au premier plan les progrès techniques que furent l’avion, les tanks ou les sous-marins, la Première Guerre mondiale provoqua aussi en France un grand bond en avant en matière de transmissions, notamment grâce à l’émetteur de Villeurbanne. Au début des hostilités notre pays ne disposait que d’un seul émetteur radio à longue distance, la tour Eiffel. Sauf que Paris se trouvait à portée de canon des lignes allemandes. Aussi, dès l’été 1914, le ministre de la Guerre fait construire d’urgence un deuxième poste sur le camp militaire de La Doua.


Il impressionne immédiatement la population : « Avant-hier je suis allé voir le nouveau poste de télégraphie sans fil établi sur le Grand Camp, raconte Arsène Goujon. Il est composé de 8 grands mâts d’acier de 120 mètres de haut couronnés d’une tourelle ». Ses émissions sont si puissantes qu’elles atteignent les pays alliés de la France, Russie et Amérique comprises. L’équipement accueillit après-guerre la station "Radio Lyon-La Doua". Ses antennes furent démontées en 1960 mais les bâtiments techniques et administratifs existent toujours : ils abritent aujourd’hui la bibliothèque de l’Insa.

Photo : Station de la Doua relais radiotélégraphique et radiotéléphonique, appareil électrique.

Pour recevoir toutes les actus de Villeurbanne dans votre boîte mail, inscrivez-vous à la newsletter

Réagissez à l'article

Vos réactions

Il n'y a pas de réaction